Karolyne Pickett

 

Karolyne Pickett

Productrice/ Producer

Élevée dans un foyer francophone à Ottawa, Karolyne a, selon sa mère Thérèse, appris l’anglais en regardant Sesame Street. Chose peu surprenante quand on est la petite-fille de Paul et Berthilde Daoust, une ardente famille franco-ontarienne originaire d'Embrun. Mais détrompez-vous, son père William, anglophone et francophile passioné, en est pour quelque chose aussi! (Malgré le fait qu'à la petite école à Vancouver, il épelait le mot "virgule" durant la dictée, William devint un bilingue français des plus accomplis après s'être épris de Thérèse dans sa vingtaine!) Quoi qu’il en soit, on peut compter sur le long métrage Eaux troubles pour nous présenter une toile de fond bilingue complètement réaliste.

Quant à son amour de la nature, Karolyne l’incorpore à Eaux troubles en faisant appel aux scènes silencieuses des films asiatiques The Scent of Green Papaya et Ju Dou.

À ce jour, sa quête constante d’un équilibre entre sa passion pour les sciences et les arts de la scène imprègne son quotidien. Cette quête, et parfois ce déchirement, rappelle la difficulté qu’éprouve Marguerite, personnage au coeur de Eaux troubles, à établir un équilibre entre sa vie personnelle et sa carrière.

Au cours des ans, Karolyne a été comédienne tant sur scène que sur des plateaux de tournage de cinéma et de télévision. Son plus récent rôle fut celui de Sylvie dans Mon corps deviendra froid, pièce de théâtre d’Anne-Marie Olivier montée par Les Indisciplinés de Toronto en novembre 2013.

Karolyne a acquis ses connaissances en production cinématographique en participant à plusieurs ateliers à Montréal, Ottawa et Toronto offerts par le Canadian Screen Training Centre. Karolyne mis ses connaissances en pratique lorsqu’elle produit la bande-annonce de Eaux troubles sur 35mm avec un devis de $44,000 et une équipe de 19 personnes.

Not surprisingly, the key elements of Broken Waters happen to give a pretty good snapshot of who Karolyne is. Like the main character's struggle to maintain both a personal and professional life, Karolyne’s pull between her artistic and scientific career goals is a life-long quest for balance. The film's cultural backdrop reflects her own heritage, having a francophone mother from Embrun, just outside of Ottawa, and an Anglophone (and passionate Francophile) father from Vancouver. The visual aspect of the film reflects her love of nature and appreciation for the visual serenity of Asian dramatic cinema. Last but no least, Karolyne cares deeply about the topic of psychiatric health care, and the impacts of psychotropic prescription drugs (good and bad) at the individual and societal level. 

Over the years, Karolyne has acted in theatrical, television and film productions in French and English in four different cities. Her most recent role was in a 2013 stage production of Mon corps deviendra froid, a drama by the French-Canadian playwright Anne-Marie Olivier, in Toronto.

She learnt film production principles through a number of courses offered by the Canadian Film Training Centre, from 2002 to 2006. These were solidified through the practical experience of producing the trailer for Broken Waters, which she produced with a $44,000 budget and the support of 19 cast, crew and creative team members.